Le domaine de la Tour Brune

Emilie Tourrette Brunet, vins naturels de Loire

Le Domaine de la Tour Brune : une sélection de Pauline Dupin-Aymard

Plonge dans l’univers d’Émilie Tourrette Brunet à travers le regard et la plume de Pauline Dupin-Aymard :

« Emilie Tourrette-Brunet a démarré en 2017 avec 75 ares de vignes. Quand je l’ai rencontrée en 2020, elle travaillait sur 2 hectares, et aujourd’hui elle a 3,8 hectares, peuplés de vignes (bien sûr), mais aussi et surtout de pleins d’autres espèces : érables, mûriers blancs, cormiers, fruitiers sauvages, figuiers, noisetiers, poules, canards (des coureurs indiens magnifiques), moutons l’hiver d’un berger pastoral, abeilles (elle fait du miel)… 

«Si je peux casser toujours davantage ce phénomène de monoculture, je fonce ».

On reste suspendu à son parcours : des études d’histoire et d’archéologie, l’édition littéraire, le milieu culturel, la recherche, des problèmes de santé qui empêchent, habiter à Paris, habiter en Chine, enseigner en Chine, découvrir le vin, traîner au bar à vins de Hong Kong La Cabane, y faire des rencontres, des dégustations, avoir envie de s’épanouir ailleurs, autrement, cheminer seule, être lassée de la Chine, voyager, au Tibet par exemple, ou bien en Mongolie… Elle interroge son rapport au temps.

domaine de la tour brune - vigneronne nature

Le vin lui apparaît petit à petit comme une évidence, avec cette façon très singulière de malaxer le temps de millésime en millésime, que ce soit à travers les fermentations et les élevages, mais aussi à la vigne, quand les racines plongent dans la terre, la quête de l’expression du terroir, les cycles de la plante…

Moi aussi je m’interroge sur le temps et comme on le traverse, et j’adore regarder son chemin aux mille incrustations, qui semble l’avoir trimballée d’un bout à l’autre du monde, pour simplement revenir ici, et raconter un présent qui n’est que l’accumulation du passé et la promesse du futur.

Ses vins sont sensibles, francs, poétiques

Les vins naturels du domaine de la Tour Brune