Julien Mareschal
Domaine de la Borde

A la rencontre de Julien Mareschal du domaine de la Borde

Sérénité et luminosité se dégage du visage de Julien Mareschal. Ce Jurassien n’est pas issu d’une famille vigneronne (ses parents étaient agriculteurs) mais il a toujours su au fond de lui où était sa place. 

Une fois ses études terminées en 2002, Julien ressent l’envie de s’installer. Et dans le Jura, pas très loin de là où il a grandi.
En 2003, il commence avec 3 hectares à Pupillin.

Le terroir au coeur

Ce vigneron passionné et pointilleux connaît ses sols et leur histoire sur le bout des doigts.  Bajocien, lias, marnes, éboulis calcaires…la géologie, complexe, a ici toute son importance. 

Son but, c’est exprimer le terroir avec le plus de précision possible. Et pour ça, c’est du côté du sol et de la vigne que le vigneron se tourne.
Des engrais verts sont semés en juillet  pour couvrir les sols sur la période hivernale. Ça limite l’érosion, apporte un peu d’azote et en plus, ça permet aux sols compacts de mieux respirer.

Et depuis 2009, il s’est lancé avec un voisin (l’élan collectif c’est important, ça porte) dans les préparats biodynamiques. Il a faut une expérimentation sur deux parcelles différentes qu’il a ensuite vinifié séparément. Et le résultat était flagrant. C’est fou comme l’identité du terroir était plus précise, grâce à la biodynamie
Ça l’a convaincu.

Des vinifications en fûts de chêne

Comment être le plus possible fidèle à ses terroirs en cave ?
Tout d’abord il y a le choix du contenant. Tous ses blancs sont élevés en fûts. Mais attention pas des fûts neufs, le but n’étant pas de toaster les vins. Et très important, privilégier de grands contenants. Julien tient à ce que la micro-oxygénation soit la plus douce possible. À la fin, il trouve le résultat plus élégant. On retrouve de l’éclat dans les vins, un éclat qui te donne de l’énergie.

D’ailleurs, « il y a des vins qui te donnent de l’énergie et d’autres qui t’en prennent » dit Julien.

Et puis vient la question des sulfites. Julien Mareschal fait le choix de vinification naturelle, sans intrant, sans collage et sans filtration (sauf exception).
Au tout début, il sulfitait systématiquement. Il sortait de l’école, et c’est ce qu’on lui avait appris.
Puis au fur et à mesure, il a appris à s’en détacher. Ce n’est pas si compliqué, il y a des détails sur lesquels il faut faire attention (surveiller les températures, les périodes de soutirage, puis travailler avec le calendrier lunaire, ça aide aussi).

vigneron nature jura - julien mareschal

Des vins naturels et vibrants

Le résultat est lumineux, c’est le genre de vins qui t’imprègnent et t’ancrent dans l’instant présent. L’énergie, l’élan, la minéralité, la finesse, la longueur de ses vins m’ont émue. 

Je te laisse découvrir deux de ses cuvées – un magnifique Savagnin ouillé (Foudre à Canon) et un élégant Chardonnay, ouillé lui aussi (La Marcette) – en espérant très fort pouvoir élargir la gamme au fil du temps (les vins de Julien Mareschal étant très sollicités).

Les vins naturels de Julien Mareschal, domaine de la Borde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *