0
Votre panier est vide.
Aller au panier

Parlange et Illouz


A la rencontre de Jérémie Illouz

vigneron nature jérémie illouz

Le fruit du destin

C’était en août 2019. Ma première rencontre avec Parlange et Illouz s’est faite au restaurant le Courson à Cahors. Une cuisine fine, locale, de saison, et, ça va de pair, une sélection pointue de vins vivants. Arnaud, sommelier de formation et propriétaire du resto, nous recommande Haute Pièce, l’une des cuvées du domaine. C’est le coup de coeur.

Quelques jours plus tard, nous voilà à Villesèque, village situé à une quinzaine de kilomètres au sud de Cahors. Et là, quelle surprise lorsque j’aperçois une collègue de promo de l’Université de Suze la Rousse (formation que j’avais terminée une mois plus tôt). Elle réalisait un road trip de vignerons nature un peu partout en France, elle venait d’arriver dans le Sud-Ouest il y a peu.

raisins naturels - parlange et illouz

Le rejet du productivisme et de l’industrialisation

Jérémie apparaît comme quelque d’entier, tranché, intransigeant, sait ce qu’il veut, ce qu’il ne veut pas. Il ne fait pas dans la demi-mesure : Jérémie refuse les labels qu’il juge trop marketing et a fait le choix de déclasser ses vins en Vin de France, s’opposant à la vision productiviste de l’appellation locale.

En 2004, alors qu’il étudie à la Fac de Bordeaux, il rencontre un certain Fabien Jouves (du Mas del Périé) avec qui il monte une activité de négoce. Quelques années plus tard, en 2012, il s’installe à son compte, à Villesèque, avec l’ambition de produire des vins précis, de qualité.

vignes agriculture biologique - parlange et illouz

Sur ses 6 hectares, le vigneron utilise uniquement des produits naturels pour aider la vigne à luttercontre les ravageurs. Le travail du sol est réalisé dans le respect de la vie microbienne et de la faune ambiante. Et bien entendu, toutes les parcelles sont récoltées manuellement. Le Malbec, le roi, côtoie aussi un peu de Jurançon noir et de Valdiguié, deux cépages locaux.

A la cave, les fermentations se font exclusivement grâce aux levures indigènes. Refus des intrants oenologiques, de quelconque traitement que ce soit. Jérémie s’autorise une faible dose de soufre avant la mise en bouteille, seulement si cela est nécessaire.

Sa volonté : s’éloigner des vins conventionnels, des vins ultra puissants, tanniques et boisés qui ont pu porter préjudice à l’image de la région. Mettre les raisins en cuve par gravité, utiliser un pressoir vertical, éviter des macérations trop longues. Avec ces outils, Jérémie parvient à produire des vins fins, structurés certes, mais élégants, frais, profonds, gourmands. Des vins dotés d’une énergie pure, qui raconte l’histoire de son terroir.

Découvrez par ici le fruit du travail du talentueux vigneron de Parlange et Illouz.