0
Votre panier est vide.
Aller au panier

Mas de Libian


Bienvenue chez Hélène Thibon

Vigneronne paysanne, avant tout

Mas de Libian, le 19 janvier 2021. Nous sommes à Saint-Marcel d’Ardèche, dans le Sud du département, à la frontière du Gard et du Vaucluse.
Accueillie par trois beaux chiens, je fais la connaissance d’Hélène Thibon dans sa cave. Hélène a le sourire, les premières semaines de taille se sont bien déroulées. Bien que la période ne soit pas idéale pour déguster, j’avais très envie de découvrir de plus près la philosophie de ce domaine familial.
Et je n’ai pas été déçue !

hélène thibon


Hélène m’apparaît comme une femme entière, sensible, pleine de convictions, dotée d’un esprit critique et avisé. Je ressens dans son discours un mélange de colère, de désarroi, mais aussi d’espoir, de justesse, la fierté d’être paysanne. Le vin est le fil conducteur de notre conversation, qui s’étend, telle une toile d’araignée, à de nombreuses thématiques : les vices de la politique agricole et la responsabilité de nos gouvernements, la vision et la valorisation du monde paysan, les défis du système éducatif, la jeunesse, l’environnement…

Des vignes travaillées en agriculture biologique depuis 1670

vignes mas de libian


Elle m’explique que le domaine est entre les mains de la famille Thibon depuis 1670. « Ça ce n’est pas si exceptionnel. Ce qui l’est davantage, c’est que le domaine a toujours été en bio. Ma génération (Hélène, son mari Alain et ses deux soeurs) l’a converti à la biodynamie« .
« Quand on plante, on ne plante pas pour nous mais pour les générations futures. On n’est clairement pas dans une vision courtermiste, on pense à nos enfants, nos petits enfants.« 

terroir du mas de libian


Au Mas de Libian, une attention toute particulière est accordée au vivant, à l’épanouissement de la vigne. Les sols sont alimentés en compost, la taille respecte le flux de sève de la plante, tous les cépages sont conduits en gobelet (type de taille ancien, incompatible avec la mécanisation. La vigne, non palissée, se déploie librement et protège, avec son feuillage, les grappes du soleil).
Pour Hélène, il s’agit du mode de taille le plus naturel. Un microclimat se créé au sein de chaque pied, chaque cep possède sa propre identité.
On se rend dans les vignes, au pied de Grenaches de plus de 80 ans qui viennent d’être taillés. Elle me montre du doigt l’écorce d’une couleur orangée. On peut reconnaître un cépage grâce à son écorce, m’apprend-elle (pas évident, non ?).

Le Mas de Libian, baigné de soleil, revendique ses appartenances méridionales avec un terroir de galets roulés et d’argiles rouges typiquement Rhodanien, et la production de vins d’assemblage (Syrah, Grenache, Mourvèdre, Counoise …)

Un travail d’équilibriste

Côté vinification, la vigneronne veille encore une fois à l’équilibre, à l’harmonie. Pour le couple, cela passe notamment par la maîtrise des macérations. « On veut qu’un vin jeune aie l’air jeune. Et un jeune c’est comment ? C’est fougueux, dynamique, pas encore totalement abouti, avec des perspectives d’évolution. » L’aromatique doit être porté par la fraîcheur, « imagine des fruits que tu viens juste de cueillir, éclatants.« 

Les tanins de la cuvée Khayyâm 2019 sont suaves et déjà très agréables en bouche. Hélène m’explique le cycle d’évolution des tanins. Au bout de x jours (ça varie selon les cuves), ils atteignent un pic d’intensité pour ensuite, dans les heures qui suivront, descendre au niveau le plus bas (avant de remonter). Nous, on décuve à ce moment-là, car « il faut savoir qu’un décuvage fige un état. »

vins biodynamiques du mas de libian


Autre paramètre très important : l’équilibre des pH (le pH mesure l’acidité). Avec le réchauffement climatique, le niveau d’acidité baisse et l’alcool, lui, augmente. « Alors, pour les blancs, on rajoute une 3° patte pour essayer d’équilibrer un peu mieux le tout. On opte pour des macérations courtes, et on gagne un peu en matière, en tanins« . Même s’ils sont discrets, je trouve qu’ils apportent de la complexité au vin (cuvée Cave Vinum), de légers amers en finale qui le rendent encore plus sapide.

Hélène a à coeur de respecter le temps, de ne pas figer les étapes. L’homme a la manie de vouloir absolument tout contrôler, d’avancer ou de reculer. Elle prend l’exemple de la grossesse. « Si une grossesse est censée durer 9 mois, c’est qu’il y a bien une raison à ça. Accoucher prématurément, c’est pas bon pour l’enfant.« 

Les vins naturels du Mas de Libian