Ludovic Engelvin
Ajouter à ma liste d'envies
Ajouter à ma liste d'envies

Clos Serre Cabanis 2017

Clos Serre Cabanis, millésime 2017. 50% Mourvèdre, 50% Grenache, sur le terroir calcaire de Vic-Le-Fesq. Un vin nature du Gard structuré, d’un équilibre remarquable. Le nez est volubile, la garrigue, les fruits noirs, les épices. En bouche, quelle fraîcheur, quelle énergie ! La matière tannique, élégante, amène beaucoup de profondeur. Un vin de garde et assurément un vin coup de coeur !

24,50

État : 17 en stock

Ajouter à ma liste d'envies
  • vignerons
    engagés
  • vins
    sains
  • livraison
    flexible

Clos Serre Cabanis, millésime 2017. 50% Mourvèdre, 50% Grenache, sur le terroir calcaire de Vic-Le-Fesq. Un vin nature du Gard structuré, d’un équilibre remarquable. Le nez est volubile, la garrigue, les fruits noirs, les épices. En bouche, quelle fraîcheur, quelle énergie ! La matière tannique, élégante, amène beaucoup de profondeur. Un vin de garde et assurément un vin coup de coeur ! 

région :
Languedoc
type de culture :
biodynamie, naturel
appellation :
IGP Gard
vinification :
levures indigènes. Egrappage. Co-macération des cépages, pressurage doux.
couleur :
rouge
élevage :
18 mois en fûts de plusieurs vins
millésime :
2017
aromatique :
cuir, sous-bois
cépage :
Grenache, Mourvèdre
équilibre :
fin, structuré
degré d'alcool :
14,5°C
Accords mets & vins :

boeuf, champignons, canard, agneau. Idée recette

Garde :

jusqu'à 10 ans

°C de service :

16°C

Carafage :

1 heure avant de servir

Occasions :

Cuisine du Dimanche

Les intrants :

Produits ajoutés
par le vigneron dans le vin

Ludovic Engelvin, talentueux vigneron installé dans le Gard, élabore des vins naturels et biodynamiques. Respect des sols et vinifications naturelles, sans intrants oenologiques. Seule une dose minimale de sulfites peut être ajoutée à la mise en bouteille, si besoin.

Vins conventionnels
Vins conventionnels :

Taux SO2 total admis (mg/l)

150
Ce vin
Ce vin :

Taux SO2 total (mg/l)

10

Ludovic Engelvin est installé à Vic-Le-Fesq, dans le Gard, à l’Ouest de Nîmes. On est le 1er octobre 2020. Ce jour là, le ciel est gris et épais. Ludovic me reçoit dans sa cave, une ancienne magnanerie en argile bleue du 12ème siècle. Ici, à l’abri de la lumière du jour, on est un peu coupés du monde. On discute, sans se rendre compte du temps qui passe.

« Je suis parti de zéro. Je ne viens pas d’une famille vigneronne ni d’une famille où l’on buvait du vin. » Alors pourquoi cette orientation ? « L’école ne m’intéressait pas. J’ai été élevé chez ma grand-mère. Elle avait un beau potager. Dès l’âge de 8 ans, je baignais là-dedans. On mangeait des kakis, des coings, des fruits pas très communs à cet âge-là. »

En savoir plus sur Ludovic Engelvin

vous aimerez peut-être aussi…