Romain Le Bars
Ajouter à ma liste d'envies
Ajouter à ma liste d'envies

Homme de la Roche

L’Homme de la Roche est un pur carignan, vinifié en macération carbonique de 9 jours. Un vin rouge juteux, léger, gorgé de fruits frais. Idéal pour l’apéritif ou pour accompagner des plats végétariens épicés !  Ne pas hésiter à le carafer 30 minutes avant (possible présence de gaz)

14,50

État : 9 en stock

Ajouter à ma liste d'envies
  • vignerons
    engagés
  • vins
    sains
  • livraison
    flexible

L’Homme de la Roche est un pur carignan, vinifié en macération carbonique de 9 jours. Un vin rouge juteux, léger, gorgé de fruits frais. Idéal pour l’apéritif ou pour accompagner des plats végétariens épicés !  Ne pas hésiter à le carafer 30 minutes avant (possible présence de gaz)

région :
Vallée du Rhône Sud
type de culture :
naturel
appellation :
Vin de France
vinification :
macération carbonique de carignan
couleur :
rouge
élevage :
barriques de plusieurs vins
millésime :
2020
aromatique :
fruits rouges
cépage :
Carignan
degré d'alcool :
13,5°C
Accords mets & vins :

apéritif, cuisine végétarienne, épicée. Idée recette

Garde :

jusqu'à 3 ans

°C de service :

14°C

Carafage :

30 minutes avant de servir (possible présence de gaz)

Occasions :

On planche sur l’apéro, A la bonne franquette

Les intrants :

Produits ajoutés
par le vigneron dans le vin

Romain Le Bars, jeune vigneron installé à Tavel, élabore des vins dans le respect de la nature et de notre santé. Pas d’intrants oenologiques, pas de collage ni de filtration. Seule une dose infime de sulfites peut-être ajoutée au moment de la mise en bouteille.

Vins conventionnels
Vins conventionnels :

Taux SO2 total admis (mg/l)

150
Ce vin
Ce vin :

Taux SO2 total (mg/l)

18

Romain Le Bars est un jeune vigneron engagé, humble, minutieux, il aime le travail bien fait.

Il aimerait consacrer plus de temps à la vigne, ça viendra. Il a commencé par investir dans la cave, avec du matériel de qualité. Puis il a arraché beaucoup de chiendent, travaillé la reconstruction des sols, « apporté à manger », de l’azote, du potassium, puis décavaillonné*, griffonné.

Romain travaille seul, mais plus pour longtemps, me dit-il. Il embauche un ex-cadre en reconversion qui a fait les vendanges avec lui et a beaucoup apprécié sa philosophie.

Je le questionne sur la biodynamie. Oui ça l’intéresse, pourquoi pas d’ici quelques années. Pour l’instant, c’est trop tôt. « Aujourd’hui, on voit trop de biodynamie systématique »

En savoir plus sur Romain Le Bars

vous aimerez peut-être aussi…