Romain Le Bars
Ajouter à ma liste d'envies
Ajouter à ma liste d'envies

Pousse Cailloux

Pousse Cailloux 2020. Un assemblage Grenache, Syrah, Mourvèdre, issus de sols de sables et de galets et de vignes de plus de 40 ans. Un vin expressif, éclatant de fruits, qui sent la fraise, la grenadine. De la rondeur et de la souplesse en bouche avec un parfum intense de fruits rouges et noirs plutôt mûrs.

16,50

État : 16 en stock

Ajouter à ma liste d'envies
  • vignerons
    engagés
  • vins
    sains
  • livraison
    flexible

Pousse Cailloux 2020. Un assemblage Grenache, Syrah, Mourvèdre, issus de sols de sables et de galets et de vignes de plus de 40 ans. Un vin expressif, éclatant de fruits, qui sent la fraise, la grenadine. De la rondeur et de la souplesse en bouche avec un parfum intense de fruits rouges et noirs plutôt mûrs.

région :
Vallée du Rhône Sud
type de culture :
naturel
appellation :
Vin de France
vinification :
macération carbonique d'environ 10 jours
cépage :
Grenache, Mourvèdre, Syrah
élevage :
moitié cuve inox moitié fût de chêne
millésime :
2020
aromatique :
fruits noirs, fruits rouges
couleur :
rouge
équilibre :
digeste, rond
degré d'alcool :
13,5°C
Accords mets & vins :

volailles, viandes en marinade, rôti de porc. Idée recette

Garde :

jusqu'à 3 ans

°C de service :

14 - 16°C

Carafage :

30 minutes avant de servir

Occasions :

A la bonne franquette

Les intrants :

Produits ajoutés
par le vigneron dans le vin

Romain Le Bars, jeune vigneron installé à Tavel, élabore des vins dans le respect de la nature et de notre santé. Pas d’intrants oenologiques, pas de collage ni de filtration. Seule une dose infime de sulfites peut-être ajoutée au moment de la mise en bouteille.

Vins conventionnels
Vins conventionnels :

Taux SO2 total admis (mg/l)

200
Ce vin
Ce vin :

Taux SO2 total (mg/l)

‹20

Romain Le Bars est un jeune vigneron engagé, humble, minutieux, il aime le travail bien fait.

Il aimerait consacrer plus de temps à la vigne, ça viendra. Il a commencé par investir dans la cave, avec du matériel de qualité. Puis il a arraché beaucoup de chiendent, travaillé la reconstruction des sols, « apporté à manger », de l’azote, du potassium, puis décavaillonné*, griffonné.

Romain travaille seul, mais plus pour longtemps, me dit-il. Il embauche un ex-cadre en reconversion qui a fait les vendanges avec lui et a beaucoup apprécié sa philosophie.

Je le questionne sur la biodynamie. Oui ça l’intéresse, pourquoi pas d’ici quelques années. Pour l’instant, c’est trop tôt. « Aujourd’hui, on voit trop de biodynamie systématique »

En savoir plus sur Romain Le Bars

vous aimerez peut-être aussi…