Domaine Ledogar
Ajouter à ma liste d'envies
Ajouter à ma liste d'envies

La Mariole

Carignan (50%) et Marselan (50%) font La Mariole. Issus de vieilles vignes âgées de 80 à 100 ans sur le terroir de Boutenac (Corbières), macérés 6 jours en cuve,  les deux compagnons d’expriment sur un fruit juteux, mûr, frais, un panier de mûres et de myrtilles. La Mariole est friande, gourmande, ronde et se laisse boire facilement.

11,00

État : 13 en stock

Ajouter à ma liste d'envies
  • vignerons
    engagés
  • vins
    sains
  • livraison
    flexible
Carignan (50%) et Marselan (50%) font La Mariole. Issus de vieilles vignes âgées de 80 à 100 ans sur le terroir de Boutenac (Corbières), macérés 6 jours en cuve,  les deux compagnons d’expriment sur un fruit juteux, mûr, frais, un panier de mûres et de myrtilles. La Mariole est friande, gourmande, ronde et se laisse boire facilement.
région :
Languedoc
type de culture :
bio, biodynamie
appellation :
Vin de France
vinification :
Fermentation naturelle, température de 18 à 22°, macération d'environ 5 jours.
couleur :
rouge
élevage :
cuve inox
millésime :
2020
aromatique :
fruits noirs
cépage :
Carignan, Marselan
équilibre :
gourmand
degré d'alcool :
13°C
Accords mets & vins :

volailles, des grillades, porc confit. Idée recette

Garde :

jusqu'à 5 ans

°C de service :

14 - 16°C

Carafage :

1 heure avant de servir

Occasions :

A la bonne franquette

Les intrants :

Produits ajoutés
par le vigneron dans le vin

Les frères Ledogar s’attèlent à travailler de la façon la plus saine et naturelle possible, de la vigne à la vinification. Traitements naturels dans les vignes (tisanes), pas d’intrants œnologiques et peu ou pas de sulfites ajoutés dans les vins.

Vins conventionnels
Vins conventionnels :

Taux SO2 total admis (mg/l)

150
Ce vin
Ce vin :

Taux SO2 total (mg/l)

10

Ça chante quand il parle Xavier. C’est chaleureux. On est tout de suite projetés dans le Sud, plus précisément dans les Corbières, sur la commune de Ferrals Les Corbières.

La famille Ledogar, c’est 5 générations de vignerons. L’arrière grand-père était l’un des fondateurs de la cave coopérative. Son père, viticulteur, a suivi cette dynamique. Même si au fond il aurait eu envie de faire son propre vin, dans la pratique ce n’était pas si simple de se défaire de la coop’.

Xavier n’a jamais trop aimé l’école. Parfois, pour le punir, son père le faisait travailler dans la vigne. “C’était en fait un cadeau qu’il me faisait, j’adorais ça !“.  Le jour de son bac scientifique, Xavier ne s’est pas présenté. Il connaissait le chemin qu’il voulait suivre, c’était ancré en lui. De 1993 à 1998, il travaillera avec son père, avec la coopérative, et dès qu’il a pu, il a pris son indépendance. “Moi récolter des raisins, ça m’intéressait pas, je voulais faire mon vin.”

En savoir plus sur les frères Ledogar

vous aimerez peut-être aussi…