Justine Vigne
Ajouter à ma liste d'envies
Ajouter à ma liste d'envies

Ultreïa

« Ultreïa », adage des pèlerins du chemin de St Jacques de Compostelle d’encouragement à transcender les épreuves de la vie. Deux parcelles de 1971 ont été réunies dans cette cuvée : l’une de Grenache (93%), l’autre de Cinsault (7%). Avec son parfum de yaourt aux fruits rouges, Ultreïa se montre gourmand, généreux. En bouche ses tanins souples et fins caressent le palais. Un vin naturel pur, élégant.

28,00

État : 8 en stock

Ajouter à ma liste d'envies
  • vignerons
    engagés
  • vins
    sains
  • livraison
    flexible

« Ultreïa », adage des pèlerins du chemin de St Jacques de Compostelle d’encouragement à transcender les épreuves de la vie. Avec son parfum de yaourt aux fruits rouges, Ultreïa se montre gourmand, généreux. En bouche ses tanins souples et fins caressent le palais. Un vin naturel pur, élégant.

région :
Vallée du Rhône Sud
type de culture :
bio, biodynamie
appellation :
Vin de France
vinification :
Grenache vinifié 21 jours en cuve, éraflage à 70%. Cinsault vinifié en jarres de terre cuite (macération de 8 mois)
couleur :
rouge
élevage :
Grenache élevé 8 mois à 40% en jarre de terre cuite et 60% en fûts de chêne français.
millésime :
2020
aromatique :
fruits rouges, notes lactées
cépage :
Cinsault, Grenache
équilibre :
fin, suave
degré d'alcool :
15,5°C
Accords mets & vins :

boeuf ou porc sauté façon asiatique, pad thaï. Idée recette

Garde :

jusqu'à 5 ans

°C de service :

14 - 16°C

Carafage :

1 heure avant de servir

Occasions :

Cuisine du Dimanche

Les intrants :

Produits ajoutés
par le vigneron dans le vin

Justine Vigne s’attache à travailler de la façon la plus naturelle possible. Vignoble non irrigué, culture biologique et biodynamique en cours de certification, travail en traction animale. Pas d’intrants dans les vins et peu ou pas de sulfites ajoutés (selon les millésimes).

Vins conventionnels
Vins conventionnels :

Taux SO2 total admis (mg/l)

150
Ce vin
Ce vin :

Taux SO2 total (mg/l)

‹20

La première fois que j’ai vu Justine Vigne, c’était à la télé. Un documentaire sur France 5 « Retour à la terre ». J’étais admirative face à son parcours. Fille et petite fille d’agriculteurs, née à Richerenches, au milieu des vignes, des chênes truffiers, des lavandes et du maraîchage, Justine a d’abord pris le chemin de l’art.

Elle a pas mal voyagé avant de rentrer chez elle, dans le Vaucluse, où elle redécouvrira, au fil de rencontres, une agriculture paysanne humaniste. Cette approche lui rappelle des souvenirs d’enfance, chez ses grands-parents ardéchois.

Justine brûle d’envie d’associer ses deux passions, « l’art » et le « vivant ». Alors quoi de mieux que de créer son propre domaine pour laisser s’exprimer son énergie créative ?

En savoir plus sur Justine Vigne

vous aimerez peut-être aussi…