0
Votre panier est vide.
Aller au panier

Hameau Toucheboeuf

Bienvenue chez Simon Gastrein !

De la cuisine à la vigne

Du haut de ses 32 ans, Simon, du Hameau Toucheboeuf a tout d’un grand vigneron. Pourtant, au début de sa vie professionnelle, c’est derrière les fourneaux qu’on le retrouvait. Ses parents tenaient une auberge, alors la cuisine, ça l’inspirait. Après des études en hôtellerie, il travaillera comme cuisinier dans un restaurant. « Enchaîner plus ou moins les mêmes plats, midi et soir, pendant plusieurs mois, ça devient vite monotone. Puis être enfermé dans une cuisine, au bout d’un moment, ça m’a étouffé« .

simon gastrein - hameau toucheboeuf



Simon avait besoin d’air, de contact avec la nature. De retour de voyages aux quatre coins du monde, il décide d’aller filer un coup de main à des copains vignerons. Un métier qui l’inspire beaucoup. Il fait alors ses armes sur les terres du renommé André Perret, sur l’AOC Condrieu. Très rapidement, il ressent l’envie de voler de ses propres ailes.

Travailler intuitivement, en harmonie avec la nature

En 2017, il s’installe dans la maison de son grand-père à Bessey, au pied du parc naturel du Pilat. Il travaille 5 hectares de vignes : Marsanne, Roussanne, Viognier, Gamay, Syrah mais aussi Cugnette (aussi appelée Jacquère) et Mornen noir (cépage autochtone que l’on cultivait dans le Rhône et la Loire).

A la vigne, pas d’effeuillage, ni d’écimage. A la place, enherbement naturel et tressage des vignes. En plus d’être joli, cela permet de gagner en fraîcheur dans les vins. Travailler intuitivement, laisser le terroir, les saisons et ses fantaisies s’exprimer librement, avec la certitude que « la nature fait bien les choses si on la laisse être généreuse ».

Des vins naturels fins, précis, reflets de son terroir

Simon cherche à élaborer de vrais vins de terroir, digestes, non sans caractère. Ou, pour reprendre ses mots, « peu chichiteux mais pas sans manières« . Les vinifications se déroulent en vendanges entières. Pour le vigneron, la rafle est super importante, elle apporte de la complexité au vin, elle fait partie du terroir. L’enlever serait pour lui une hérésie.

Idem pour les malolactiques (transformation naturelle de l’acide malique en acide lactique, par l’intermédiaire de bactéries), hors de question de les bloquer. « Ce serait dommage, elles apportent du relief, de la texture au vin« .
Bien entendu, levures indigènes, pas d’intrants oenologiques et pas ou peu de sulfites.

hameau toucheboeuf - cuvée effrontée

Je trouve les vins de Simon fabuleux, harmonieux, maqués par une trame minérale, fraîche, onctueuse, élégante. Coup de coeur pour la cuvée Effrontée.
A côté de ses vins « de repas », il a développé une gamme de vins « de copains », dont deux à base de Gamay, Le Rouget et la Curatte. Certes plus décontractés, mais toujours avec cette patte élégante et harmonieuse.

barriques



Les vins naturels du Hameau Toucheboeuf