Hameau Toucheboeuf
Ajouter à ma liste d'envies
Ajouter à ma liste d'envies

Le Rouget

Le Rouget ne ressemble ni à un vin rouge ni à un rosé. C’est un vin à part, signé Simon Gastrein. Une macération courte (5 jours) de Gamay à la fois digeste, rond, gourmand, aux notes de fruits rouges et de fleurs, rempli de fraîcheur. A boire un jour ensoleillé, bien accompagné(e) !

16,50

État : 9 en stock

Ajouter à ma liste d'envies
  • vignerons
    engagés
  • vins
    sains
  • livraison
    flexible

Le Rouget ne ressemble ni à un vin rouge ni à un rosé. C’est un vin à part, signé Simon Gastrein. Une macération courte (5 jours) de Gamay à la fois digeste, rond, gourmand, aux notes de fruits rouges et de fleurs, rempli de fraîcheur. A boire un jour ensoleillé, bien accompagné(e) !

région :
Vallée du Rhône Nord
type de culture :
bio, naturel
appellation :
Vin de France
vinification :
levures indigènes, vendanges entières, macération de 5 jours en infusion.
couleur :
rosé, rouge
élevage :
barriques de plusieurs vins
millésime :
2020
aromatique :
floral, fruits rouges
cépage :
Gamay
équilibre :
digeste
degré d'alcool :
12,5°C
Accords mets & vins :

cuisine asiatique, poissons crus tels que sushis, tartare. Idée recette

Garde :

jusqu'à 5 ans

°C de service :

12°C

Carafage :

30 minutes avant de servir

Occasions :

On planche sur l'apéro, A la bonne franquette

Les intrants :

Produits ajoutés
par le vigneron dans le vin

Simon Gastrein élabore des vins authentiques, vivants, dans le respect total du terroir. Pas d’intrants oenologiques et peu ou pas de sulfites ajoutés.

Vins conventionnels
Vins conventionnels :

Taux SO2 total admis (mg/l)

150
Ce vin
Ce vin :

Taux SO2 total (mg/l)

A RENSEIGNER

Du haut de ses 32 ans, Simon, du Hameau Toucheboeuf a tout d’un grand vigneron. Pourtant, au début de sa vie professionnelle, c’est derrière les fourneaux qu’on le retrouvait. Ses parents tenaient une auberge, alors la cuisine, ça l’inspirait. Après des études en hôtellerie, il travaillera comme cuisinier dans un restaurant.
Enchaîner plus ou moins les mêmes plats, midi et soir, pendant plusieurs mois, ça devient vite monotone. Puis être enfermé dans une cuisine, au bout d’un moment, ça m’étouffé“.

Simon avait besoin d’air, de contact avec la nature. De retour de voyages aux quatre coins du monde, il décide d’aller filer un coup de main à des copains vignerons. Un métier qui l’inspire beaucoup. Il fait alors ses armes sur les terres du renommé André Perret, sur l’AOC Condrieu.

En savoir plus sur Simon Gastrein

vous aimerez peut-être aussi…